Jean-François Charlot - Plasticien - 1966 - Paris, France
Sélection 1992/2021

L’artiste plasticien Jean-François Charlot convoque l'accident, la folie, les phobies et la maladie, 
la duplicité du corps et de l'identité, nos rapports à la science, la technologie. 
Il s'exprime principalement à travers de «Séries» ou
«Variations».

Ce qui peut le définir est son indéfectible attachement à la figure humaine, quels que soient les supports qu’il utilise à travers le temps.

Il enregistre, par exemple sur du papier d'électrocardiogramme, des tempêtes électriques du corps qui souffre : «  Série 110 Arythmies  ». La figure humaine émerge, ahurie et précise, sur un papier rosé qui évoque le diagramme, l'évaluation clinique.

Il interroge la peinture depuis 30 ans via l'utilisation de matériaux transparents (polyester, verre, plexiglas) utilisés en superposition :

Il aborde «  la transparence totalitaire  » qui laisse tout entrapercevoir de nos intimités et revisite « l'allégorie de la caverne » par l’utilisation des ombres projetées.

Il crée ainsi des images diaphanes et fantastiques, à la fois séduisantes et effrayantes.

En 2016, à partir d’un point de départ unique,      «  sa propre tête utilisée comme matériau  », il analyse la désintégration des identités qui se transforment en fantômes sur des plateformes virtuelles à travers sa série de 240 photos : «  Série 240 fins possibles » postée sur Instagram.

Sa «  Série Variations  » de 300 dessins, juxtapose des figures et des corps qui sembleraient avoir été réalisés par des artistes différents : 

Des hétéronymes.

Parfois le visage incomplet dans sa représentation mais parfaitement entier dans sa présence et son pouvoir d'évocation pourrait sembler réduit à quelques traits forts.

Mais, des lignes multiples griffées, rompues et entremêlées se ramassent, se condensent et esquissent ici un oeil, là une oreille ou encore une chevelure .

Depuis 2020 la «Série Algorithme» soumet des supports de création à l’intelligence artificielle.

Ces œuvres questionnent notamment, les réalités physiques des œuvres d'arts et de leur créateur dans «l'algorithme».

Entre figuration et conceptualisation, le travail de Jean-François Charlot montre la complexité d’être
artiste dans un moment de l'art où le monde réel se confronte en permanence au monde virtuel.

Expositions I sélection

• Galerie Le P’Art King Mars 2022 Paris

• SAP 2022– CCCP Pierrefitte-sur-seine

• Autoportraits – Orangerie-Espace Tourlière Nov-Déc 2021 , Verrière le Buisson

• Galerie Le P’Art King depuis 2019 Paris

• Espace AC depuis 2017 Paris

• SIG  2015 Mahdia Tunisie

• Graveurs Associés 2013-2014 Bourron Marlotte

• Art Elysées 2013 Paris

• Artenvrac 2011 Salies-de-Béarn

• Galerie Françoise Estran 2011 Marseille

• Loft 2008 Paris

• Galerie de l’Iris 1996 à 2005 Paris La Défense

• AAC APF 2001 à 2012 Nîmes

• Novembre à Vitry 2000

• EB-OC-PTJ  2000 Ivry

• Poline Gallery 1999 à 2002 Colombes

• Squat artistique de la «Grange-aux-Belles» 1999 Paris

• Galerie Benham 1997 Paris

• Galerie des Carrés 1995 Versailles

• Squat artistique de la « Forge » 1994 - 1995 Paris

• Galerie Emmanuel Delivet 1994 Paris

• SAC 1994

• Nouvelles tendances et jeunes créateurs 1993 - 1994 Marly

• Salon d’hiver de Lyon 1995

• Printemps d’art contemporain 1994 Clichy la Garennes

• Festival européen d’art contemporain en Wallonie, Bruxelles & Ardennes 1993

• Salon International d’Aquitaine 1993 Bordeaux

• Galerie Civiale 1992 à 1995 Paris

• IDMRS Galerie Censier 1991

• Biennale Internationale ART 24 1991 Périgueux

• Espoir 91 / MJC les Hauts de Belleville 1991 Paris

Interventions I performances 

• Graff charcoal depuis 2005 Paris

• Hôpital de la Pitié-Salpêtrière 2000 Paris

• Performance SET 1997 Paris

• Galerie Coles 1992 Paris

• Hôpital Scrive 1989 Lille

• Lycée des métiers 1987 Méru

• Studio Clifford Lafontaine 1986 New-York

Publications I illustrations

• Jean-François Charlot, Monographie, 1992-2022, éditée à l'occasion de l'exposition « Déchronologie» en mars 2022, Galerie Le P'Art King

•  « Confidences d’un schizophrène », sur Arte radio  2014 dans Télérama "

«Série dessins diaphanes», «Tête n°21» 1998 Pastel sec sur papier, 40,4 x 29,5 cm :

Attention cette œuvre  a été publiée sans mon autorisation."

• Hôpitaux Universitaires Strasbourg - Cercle d’excellence sur les psychoses 2008

"Tête n°492, 2000, acrylique sur fibre polyester et toile, 36 x 44 x 6  : Attention cette œuvre  a été publiée sans mon autorisation."

www.lepartking.com/jean-françois-charlot

www.instagram.com/jeanfrancoischarlot/

• Catherine Plassart, Art Point France « Jean-François Charlot - Traits et lumières »

Contact

+ 33 6 20 45 64 44

Merci de l'avoir envoyé !